Dibutadès (2020-/)

Que retient-on de nos ami(e)s ou connaissances lorsqu'il s'agit de leur visage ? Leurs sourires, leurs regards, leurs nez ? Un détail peut-être ? Ou le contour ? Expressif ou non ? De face, de biais, de profil ? Avec un fond, un décor, une couleur, rien que la surface du papier ? Et si le portrait s'intéressait davantage à l'ombre du modèle qui pose. Elle ondule, vibre, devient mimèsis du vivant et spectre de la mort ; un double, parfois insignifiant, mais toujours présent. La chose cachée dans notre dos est devant nous, c'est elle le portrait - c'est elle qui porte nos traits. Mes ami(e)s, pouvez-vous être le mythe de Dibutadès, avant de partir.

Marie-Rose, crayons de couleur et fusain sur papier japon Kozo 42 g/m², 53,2 x 42,7 cm, 2020.

Photo © Eva Joncquel © Laurent Dumortier